5 juin 2007

OVNI : INTERVIEW D'HARALD SOEVIK - RESPONSABLE D'UFO NORWAY EN NORVEGE

HARALD SOEVIK, vous dirigez actuellement UFO NORWAY en Norvège. Pouvez-vous nous dire en quelques mots quel est le but d’une telle structure, quels sont les moyens dont vous disposez et publiez vous un magazine ?

H.S : UFO-NORWAY a été fondé en 1973 et rassemble environ 300 personnes, qui s’intéressent à ces phénomènes en Norvège. Nos deux principaux buts sont :

1°) Rassembler et classer toutes les observations du territoire Norvégien.

2°) Nous utilisons Internet, notre journal et d’autres moyens afin d’informer le public sur la nature inconnue des OVNI, et en offrant des explications potentielles aux observations rapportées.

Dans ce travail, nous appliquons des méthodes scientifiques, ce qui nous permet d’avoir un travail critique sur un sujet qui est souvent falsifié. En même temps, nous sommes relativement ouverts, et gardons à l’esprit beaucoup d’autres explications. Notre directive la plus importante est qu’aucun de nos rapports n’est concluant en l’absence de la preuve.

Nous cherchons à créer une grille de lecture qui couvrirait l’ensemble du pays. Les éléments que nous rassemblons sont à la disposition des chercheurs. Tout est enregistré avec soin dans une base de données, par conséquent, cette mise à disposition nous impose des mesures qualitatives strictes. Finalement nous espérons être capable d’identifier des modèles dans cette base.

UFO-NORWAY utilise la définition suivante pour un OVNI : Un phénomène rapporté dans le ciel ou sur la Terre, dont l’aspect, la trajectoire, la dynamique générale, et le comportement luminescent ne suggèrent pas une explication conventionnelle, mystifiant, non seulement nos concepts originaux, mais restant également non identifié après un examen minutieux et étroit, venant de la part de personnes qui sont techniquement capables de faire un examen de bon sens, dans la mesure du possible.

Y a-t-il eu des observations d’OVNI ou d’OANI ces derniers mois en Norvège ?

H.S : Nous avons obtenu 70 rapports en 2006, nous en avons rejeté une trentaine, faute d’éléments probants suffisants. Trente autres étaient dus à des phénomènes naturels ou des causes humaines. Les dix cas restants étaient les seuls vrais OVNI, où aucune explication n’a pu être apportée, bien que le rapport ait contenu assez de données pour une enquête poussée. Il y a un très petit nombre de cas de rencontres rapprochées, mais aucun d’entre eux n’en conservait de preuve physique. Pour ce printemps, la fréquence des rapports diminue. En Mai, nous avons seulement reçu une poignée de rapports.

Quel message voudriez-vous faire parvenir aux ufologues Français ?

H.S : Restez motivé et continuez à faire des enquêtes. Il est important que tous les êtres humains se rendent compte que leur monde de verre peut être sujet au changement. Non seulement en ce qui concerne les OVNI, mais aussi en matière d’écologie et d’humanitaire. Plus important que tout ; continuez à faire ce que vous croyez être juste. Nous faisons tous partie d’un avenir en évolution.


Quelle est votre réaction à cette fameuse mise sur Internet d’une partie des « archives officielles » françaises, d’observations sur les OVNI entre 1988 et 2006 ?

H.S : J’ai été vraiment étonné par la fraction énorme de cas non expliqués. Est-ce qu’il y a eu une différence de faite entre les cas où les informations étaient insuffisantes et ceux vraiment inexpliqués ?

Quoi qu’il en soit, je crois que c’est un effort positif très important de rendre de telles archives disponibles au public. Les chercheurs, le grand-public et le gouvernement en tireront sûrement des avantages.

Mais une question reste en suspens ; si ce sont les dossiers « secrets ». Qu’est-ce qui est contenu dans les dossiers « Top-Secret » ? Pouvons-nous faire confiance au gouvernement quand il déclare que ce sont là, tous les dossiers qu’il possède concernant les OVNI ? Sont-ils au courant de beaucoup plus où est-ce qu’ils se contentent d’avoir une connaissance de base ?

Je pense que la France a pris de l’avance dans ce domaine et doit continuer à poursuivre dans cette voie.

Les autorités Norvégiennes vous apportent-elles leur soutien dans la récolte des informations ?

H.S : Il n’y a pas d’ouverture à une aussi grande échelle des archives comme cela a été le cas en France. Il y a quelques rapports d’enquêtes militaires dans les archives nationales Norvégiennes au sujet de phénomènes comme les foo-figther qui remontent aux années précédant la Seconde Guerre Mondiale, mais autrement les militaires et le gouvernement semblent avoir eu une attitude négligente envers les OVNI.

Quel sera le sommaire de votre prochain magazine ?

H.S : Le sujet le plus intéressant concerne un cas méconnu, sur lequel nous avons enquêté, d’un cercle de glace, observé dans un fleuve au centre de la Norvège, et une série de rapports de lumières non identifiés dans le sud-ouest du pays sur lesquels nous devons faire une enquête.

A ce titre vous pouvez vous rendre sur notre site Internet où les news sont disponibles en Norvégien mais également en Anglais !

________________________________________________

Interview faite Par Internet en Juin 2007

________________________________________________

Pour plus de renseignements : UFO NORWAY

2 commentaires:

Jsf a dit…

Bien, ce blog. Bravo.

GRELET JC a dit…

JSF,

Je vous remercie de votre compliment.


JC.GRELET